Osez, osez…

J’ai la chance de travailler au coeur de Paris. Dans un quartier très fréquenté, mais où le matin, quand il est encore tôt, les ruelles sont presque désertes, les pavés fraîchement lavés par la balayeuse, où il est plus facile de lever les yeux (ou les baisser) pour apercevoir le détail choc qui donnera du sens à votre journée. Lire la suite

Publicités

Rire ou pleurer, leçon d’humour à l’italienne

J’ai franchement cru à un canular, organisé par je-ne-sais quelle agence voulant faire du buzz. Mais après quelques jours à observer d’un oeil sceptique, j’ai dû me rendre à l’évidence : la nouvelle campagne de pub de la SPA italienne est bien réelle, et elle fait mieux que Paris Match et son célèbre slogan « Le poids des mots, le choc des photos« .

Pour celles (et ceux) qui auraient laissé passer cette pépite du mois, (roulements de tambour) : Lire la suite

Etre dépendant en France, scénario noir

Pas d’image pour illustrer cet article, car je n’en trouve pour représenter les sentiments qui me traversent à la lecture du témoignage de Louis van Proosdij Duport.

Depuis hier soir les réseaux sociaux et notamment Twitter relaient cette histoire honteuse et terrifiante : celle d’un homme dont on brûle jour après jour l’autonomie et la dignité.

Lire la suite

A vot’ bon coeur… si vos pieds s’arrêtent.

Depuis quelques mois, je traverse chaque jour un lieu très fréquenté. Flux continus de piétons pressés qui se frôlent, s’évitent, zigzaguent et traversent les rues par flopées. Chacun avec un but différent : flâner, rentrer chez soi, rejoindre un point B depuis un point A ou tenter de rattraper un retard déjà impardonnable à un rendez-vous…

Or, au beau milieu de cette quête personnelle surgit parfois un t-shirt coloré, frappé d’un logo souvent reconnaissable à au moins 4-5 enjambées : le GC pour Gentil Collecteur de fonds (les vôtres), prié d’interpeller¹ chaque passant qui passe, chaque piéton qui piétonne, dans l’espoir de se voir accorder quelques minutes et ainsi tenter de transformer l’essai en donation généreuse. Moi ces t-shirts-là, aussi colorés soient-ils, je les repère à mille kilomètres à la ronde et les évite. Et je ne suis pas la seule. Lire la suite