Etre dépendant en France, scénario noir

Pas d’image pour illustrer cet article, car je n’en trouve pour représenter les sentiments qui me traversent à la lecture du témoignage de Louis van Proosdij Duport.

Depuis hier soir les réseaux sociaux et notamment Twitter relaient cette histoire honteuse et terrifiante : celle d’un homme dont on brûle jour après jour l’autonomie et la dignité.

La question qui se pose bien sûr c’est inévitablement le pourquoi : qui et de quel droit peut décider du jour au lendemain de changer un protocole de soins qui clairement ne va pas du tout en faveur du bien-être du patient ? J’ai d’abord pensé à des arguments de coûts, mais comment justifier l’envoi de deux personnes au lieu d’une pour prodiguer une aide nettement inférieure en qualité, plus proche d’ailleurs de la maltraitance que de l’aide.

Ce matin, à la lecture de ce billet, j’étais révoltée et atterrée par tant de bêtise humaine. Et je ne peux que penser à toutes ces personnes dépendantes qui supportent sans nul doute le même traitement inhumain et rabaissant mais qui pour de multiples raisons ne peuvent pas révéler au grand jour leur situation, dénoncer ce qu’on leur inflige chaque jour.

J’ose espérer que ce pavé dans la mare fera réagir mais surtout agir.

On parle trop souvent et à tort d’aides inégales voire injustes, de grandes réformes, de plans d’urgence, mais suivre l’actualité et donner son avis c’est une chose, être confronté à la dépendance pour un être cher et découvrir les coulisses de ce système obscur en est une autre : la complexité administrative qui clairement marque la frontière entre ceux qui arriveront à faire appliquer leurs droits et ceux qui renonceront, l’inégalité des dispositifs d’aide selon une région voire une ville, d’après des critères souvent aberrants, loin de toute considération médicale, sociale, éthique ou tout simplement humaine.

Aujourd’hui je pense à Louis, mais aussi à toutes les autres personnes dans le même cas, voire pire.

Je me dis alors que nous sommes tombés bien bas et que le pire n’est sans doute pas atteint, tel qu’en témoignent les statistiques d’avenir sur la dépendance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s